La mobilité (interne, désirée, imposée, à 180°…) est une thématique récurrente dans la presse généraliste et spécialisée. Que l’on parle formation, compétences, motivation, productivité, employabilité… elle n’est jamais très loin.
Dans cet article, j’ai décidé d’expliquer ses atouts côté salarié, puis côté entreprise. Bonne lecture !

Les atouts de la mobilité, côté salarié

Prévenir de l’usure professionnelle

La mobilité est un outil de management très efficace. C’est en effet une mécanique que les services RH peuvent mettre en branle afin de prévenir l’usure professionnelle (de même que pour rationnaliser l’utilisation des compétences internes, j’y reviendrai).

A quelques conditions toutefois
– Elle doit être désirée
– Elle doit être préparée
– Elle doit être en accord avec un plan (de carrière ? – si l’on considère que les carrières sont aujourd’hui de moins en moins linéaires).

De là à parler de gestion de l’employabilité, il y a peu.

Maintenir l’employabilité

J’ai récemment lu un article qui reprend une recommandation de BPI group selon laquelle « l’entreprise doit s’engager à développer l’employabilité des salariés pour leur permettre de vivre des aventures plurielles et diversifiées, notamment au travers de programmes de mobilité interne »

https://www.blog-emploi.com/employabilite-moitie-salaries-se-sent-mal-preparee-a-levolution-metiers/?_lrsc=e655bde1-53d2-411b-bbc4-8b591a4abbf9

Un deuxième avantage apparait donc : la mobilité serait un remède à la disparition potentielle d’un emploi. Elle devient une opportunité de perspective professionnelle à forte valeur ajoutée.

Les atouts de la mobilité, côté entreprise

En cas de troubles économiques

Pour rebondir sur la perte d’emploi, la mobilité sera une solution à explorer en cas de difficultés économiques.
En se focalisant sur les compétences de ses collaborateurs, l’entreprise pourra mettre en place des plans de mobilité afin d’utiliser ces compétences à meilleur escient.

La bonne idée reprise dans plusieurs articles : cartographier les compétences de ses collaborateurs en amont et se poser les bonnes questions comme savoir si les compétences des salariés sont transférables d’un métier à un autre (les fameuses soft skills notamment).

Un environnement motivant

En capitalisant sur les ressources internes de l’entreprise, les RH font le double pari gagnant de satisfaire les salariés et de créer un environnement motivant et successful à moindre frais (cf le coût d’une formation vs les coût d’un nouveau recrutement).

Une stratégie gagnante

La mise en place d’une stratégie orientée « mobilité » apparait donc comme une stratégie gagnant/gagnant.
Qui dit écoute des aspirations, dit meilleur épanouissement, et donc plus grande productivité et donc gain pour l’entreprise… Voici le cercle vertueux de la mobilité !